EmploiSalairesConjonctureEmployeurs
Publié le 09 mars 2022

La masse salariale et les effectifs salariés du secteur privé au quatrième trimestre 2021

Stat'UR n°340

La forte reprise de l’épidémie de Covid-19 enregistrée à la fin de l’année 2021 a entrainé des mesures de restriction sanitaire relativement limitées comparativement à celles mises en place lors des rebonds épidémiques précédents. En conséquence, au quatrième trimestre 2021, les effectifs salariés sont restés dynamiques, poursuivant leur croissance (+ 0,6 %, soit + 110 700 postes) sur un rythme identique à celui du trimestre précédent. Ils augmentent ainsi de 3,7 % sur un an et de 1,9 % (+ 350 700 postes) par rapport au dernier trimestre 2019, juste avant la crise.

Le salaire moyen par tête (SMPT) augmente de 0,2 % sur le trimestre, après les fortes hausses des trimestres précédents (+ 2,8 % au troisième trimestre, + 1,9 % au deuxième) liées à la baisse du recours à l’activité partielle. En effet, les indemnités de chômage partiel étant exclues du SMPT puisque non soumises à cotisations sociales, la baisse du recours au chômage partiel augmente mécaniquement le SMPT. Les indemnités de chômage partiel représentent désormais 0,4 % de la masse salariale, après 0,7 % au troisième trimestre et 2,6 % au deuxième. Par rapport à la fin 2019, le SMPT progresse de 3,5 %, soit une hausse annuelle moyenne de 1,7 %, proche des évolutions observées avant la crise sanitaire. En comparaison, les prix à la consommation hors tabac de l’ensemble des ménages augmen­tent de 1,0 % ce trimestre et de 2,5 % par rapport à la fin 2019.

Au total, la masse salariale soumise à cotisations sociales augmente de 1,1 % au quatrième trimestre 2021, après + 3,8 % au trimestre précédent. Son niveau dépasse de 5,2 % celui de fin 2019. En moyenne annuelle, elle progresse de 8,9 % en 2021, après la baisse historique de 5,7 % enregistrée en 2020.

Les effectifs intérimaires augmentent fortement ce trimestre (+ 5,4 %, soit + 42 300 postes), après plusieurs trimestres de croissance plus modérée. La nécessité de remplacer les nombreux salariés en arrêt maladie du fait de la reprise épidémique a pu stimuler cette forme d’emploi.

Hors intérimaires, les effectifs salariés progressent de 0,4 % (+ 68 400 postes), après + 0,5 % au trimestre précédent. Ils dépassent désormais de 1,7 % leur niveau d’avant-crise.

Les effectifs salariés de l’industrie continuent de progresser légèrement ce trimestre (+ 0,1 %, après + 0,2 %) mais restent en deçà de leur niveau du dernier trimestre 2019 (- 1,3 %).

Les effectifs salariés de la construction repartent à la hausse (+ 0,4 %) après la très légère baisse (‑ 0,1 %) du trimestre précédent. Leur niveau reste historiquement élevé (+ 4,8 % par rapport à fin 2019).

Dans le tertiaire hors intérimaires, les effectifs salariés progres­sent de 0,4 % (+ 57 600 postes), après + 0,7 %. Dans la plupart des secteurs, le niveau des effectifs est désormais supérieur à celui de la fin 2019.

Les effectifs salariés sont désormais supérieurs à leur niveau d’avant la crise dans toutes les régions de France.

Boite à outils

Télécharger la publication

Retrouvez les jeux de données et leur mise en perspective sur Open Urssaf

Accéder à Open Urssaf