Bourgogne-Franche-ComtéConjonctureDifficultés des entreprisesEmployeursEmploi
Publié le 04 juillet 2022

La croissance se confirme au premier trimestre 2022 soutenue par le secteur des services

Stat'UR n°31

Malgré un contexte économique dégradé, marqué par la poursuite de l’épidémie de Covid-19 et le déclenchement de la guerre en Ukraine, les effectifs salariés en Bourgogne-Franche-Comté continuent leur croissance au premier trimestre 2022. Avec une hausse de + 0,2 % ce trimestre, le rythme reste cependant moins marqué qu’au trimestre précédent (+ 0,5 %).

Au total, au premier trimestre 2022, la région enregistre un gain de + 1 180 salariés qui s’explique par une forte hausse des effectifs permanents (+ 1 890 postes) atténuée par une baisse de l’intérim (- 710 postes).
Cumulés aux bons résultats des trimestres précédents, les effectifs salariés connaissent une belle progression de + 11 070 salariés dans le secteur privé sur un an.

Cette hausse conforte celle constatée tout au long de l’année 2021 mais reste en retrait par rapport au niveau national. 
La région enregistre une croissance de + 1,7 % sur un an contre + 3,3 % en France.
Au niveau des effectifs permanents, la hausse de ce trimestre est portée uniquement par le secteur des services qui gagne 2 160 postes en région soit + 0,7 % ce trimestre.

Cette croissance s’explique en grande partie par les bons résultats des activités administratives et de soutien (+ 1 210 postes). 
Les arts, spectacles et activités récréatives se portent également bien avec une hausse de 270 postes (soit + 2,9 %).
Après plusieurs trimestres de hausse, le commerce est en retrait ce trimestre (- 120 postes) alors qu’il progresse en France.
Alors que la construction a été assez peu impactée par la crise sanitaire, les effectifs salariés peinent à se stabiliser en ce début d’année (- 30 postes).
Sur un an, le bilan reste positif avec une hausse de 410 postes.

Dans l’industrie, les pertes de ce trimestre (- 120 postes) viennent s’ajouter à celles enregistrées l’an dernier. Au final, le secteur perd plus de 790 postes en un an.

Ce trimestre, seuls les départements du Territoire de Belfort (- 160 postes) et de l’Yonne dans une moindre mesure (- 20 postes) ne gagnent pas de postes.

Boite à outils

Télécharger la publication