Centre-Val de LoireConjonctureEmployeursEmploi
Publié le 30 mars 2022

L'emploi régional dynamique, avant Omicron

Stat'UR n°35

Les mesures de restrictions sanitaires de la fin de l'année 2021 ont été relativement limitées par rapport à  celles des rebonds épidémiques précédents.

En conséquence, au quatrième trimestre 2021, les effectifs salariés sont dynamiques, accentuant leur croissance : + 0,5 % (+ 0,6 % au niveau national) après + 0,2 % au trimestre précédent. Ils augmentent ainsi de 2,7 % sur un an et de 1,2 % par rapport au dernier trimestre de 2019, juste avant la crise.
 
Le salaire moyen par tête (SMPT) augmente de 0,2 % après la forte hausse du trimestre précédent (+ 1,9 %) liée à  la baisse du recours à  l'activité partielle. En effet, les indemnités de chômage partiel étant exclues du SMPT, puisque non soumises à  cotisations sociales, la baisse du recours au chômage partiel augmente mécaniquement le SMPT. Il est désormais supérieur de 2,8 % à  son niveau de fin 2019. En comparaison, les prix à  la consommation hors tabac de l'ensemble des ménages augmentent en France de 1 % ce trimestre et de 2,5 % par rapport à  la fin 2019.
 
La masse salariale soumise à  cotisations sociales, suivie dans le cadre de cette publication, poursuit sa hausse au quatrième trimestre 2021 : + 0,9 %, et même + 1,5 % si l'on intègre la prime exceptionnelle du pouvoir d'achat.

Elle se situe largement au-dessus de son niveau d'avant crise (+ 3,8 %).
 
Le recours au chômage partiel reste à  un niveau équivalent au trimestre précédent, soit le plus bas depuis le début de la crise sanitaire.
Les indemnités ne représentent plus que 0,3 % de la masse salariale. Ce ratio était de l'ordre de 2 % du 4e trimestre 2020 au 3e trimestre 2021.
 
Enfin, les intentions d'embauches en CDI profitent également de ce contexte plus favorable. 35 150 contrats ont été signés ce trimestre en région Centre-Val de Loire, soit 19 % de plus qu'au 4e trimestre 2019 (+ 20 % au niveau national).

Chiffres clés

  • + 1,2 % pour l'évolution de l'emploi par rapport au niveau avant crise
  •  + 3,8 % pour l'évolution annuelle de la masse salariale par rapport au niveau avant crise
  •  44,3 M‚ c'est le montant trimestriel de la prime exceptionnelle du pouvoir d'achat. Plus fort montant depuis le 2e trimestre 2020.

Boite à outils

Télécharger la publication