ConjonctureSalairesParticulierEmploi
Publié le 04 novembre 2022

Les particuliers employeurs au deuxième trimestre 2022

Stat'UR n°350

Au deuxième trimestre 2022, la masse salariale de l’emploi à domicile progresse de 1,7 %, après avoir enregistré une hausse de 0,5 % au trimestre précédent. Ce dynamisme est en partie l’effet de la revalorisation du Smic de 2,65 % au 1er mai 2022. Ainsi, le taux de salaire horaire moyen poursuit sa hausse sur un rythme similaire à celui du trimestre précédent (+ 1,1 %), tandis que le volume horaire déclaré affiche une progression de 0,5 % après avoir baissé de 0,6 %.

Sur un an, la masse salariale nette de l’emploi à domicile affiche une nette croissance (+ 4,5 % après + 1,9 %), le volume horaire progressant quant à lui de 0,6 %. Par rapport au quatrième trimestre 2019, dernier point de référence avant la crise, la masse salariale de l’emploi à domicile progresse de 5,7 %, portée par la hausse de 7,2 % du taux de salaire horaire, le nombre d’heures déclarées baissant quant à lui de 1,4 %.

Sur le champ hors garde d’enfant, la masse salariale nette reste en hausse au deuxième trimestre 2022 (+ 1,6 % après + 0,6 %), tandis que le nombre d’heures augmente de 0,5 % (après une baisse de la même ampleur). Par rapport au dernier trimestre 2019, la masse salariale est en hausse de 7,0 %.

La masse salariale de la garde d’enfant à domicile rebondit de 1,8 % (après - 0,5 %), mais reste inférieure de 2,9 % à son niveau d’avant-crise.

La masse salariale nette ainsi que le volume horaire déclarés par les employeurs d’assistantes maternelles augmentent fortement : respectivement + 4,6 % et + 3,9 % (après - 0,9 % et - 0,1 %). Cette évolution s’explique notamment par le changement du mode de règlement des congés payés institué par la nouvelle Convention Collective Nationale entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Corrigées de cet effet, les évolutions de la masse salariale nette et du nombre d’heures sont ramenée respectivement à + 2,3 % et + 1,1 % (cf. encadré 1).

Au total, la masse salariale versée par les particuliers employeurs est en hausse de 3,0 % (après + 0,2 %) sur le trimestre, portant à 5,1 % la progression sur un an et la hausse par rapport au dernier trimestre 2019.
L’évolution de la masse salariale ne reflète pas tout à fait celle de la rémunération effective des salariés des particuliers employeurs. En effet, ces salariés ont pu bénéficier du dispositif d’activité partielle pour les heures non effectuées déployé durant la crise et ayant pris fin au 31 octobre 2021 (cf. sources et méthodologies). Ce dispositif n’a désormais que peu d’impact sur l’évolution de la masse salariale des particuliers employeurs : l’intégration du montant des indemnités d’activité partielle porte le glissement annuel de la masse salariale à + 4,7 % (contre + 5,1 % hors ces indemnités), le glissement trimestriel n’étant quant lui pas affecté.

Boite à outils

Télécharger la publication

Retrouvez les jeux de données sur Open Urssaf

Accéder à Open Urssaf