Caisse nationale du réseau des Urssaf

Acoss Stat n° 322 - Mars 2021
La masse salariale et les effectifs salariés du secteur privé au quatrième trimestre 2020

Le quatrième trimestre 2020 est marqué par un second confinement d’environ un mois et demi qui met un coup d’arrêt à la reprise économique entamée au troisième trimestre. D’un impact économique plus mesuré qu’au printemps, ce confinement impose notamment de nouvelles restrictions dans certains secteurs qui se voient contraints de recourir à nouveau à l’activité partielle, dont les indemnités ne sont pas soumises à cotisations sociales. Celles-ci représentent 3,2 % de la masse salariale au quatrième trimestre, contre 2,1 % au trimestre précédent (10,4 % au deuxième et 1,8 % au premier). De ce fait, la masse salariale soumise à cotisations sociales suivie dans le cadre de cette publication repart à la baisse sur le trimestre (- 0,8 %), après le rebond de 18,3 % du troisième trimestre consécutif à la chute de 15,6 % enregistrée au deuxième trimestre. Sur un an, elle se contracte de 3,8 %. En moyenne annuelle, la baisse est de 5,7 %, après une hausse de 3,1 % en 2019.

La progression de l’activité partielle fait diminuer le salaire moyen par tête (SMPT) : - 1,5 % ce trimestre, portant à - 2,6 % l’évolution sur un an. En comparaison, les prix à la consommation hors tabac de l’ensemble des ménages augmentent de 0,3 % ce trimestre et se contractent de 0,3 % sur un an. L’évolution du SMPT, qui donne une vision des salaires soumis à cotisations versés par les entreprises, ne reflète toutefois pas l’évolution des rémunérations réelles perçues par les salariés.

Les effectifs salariés du secteur privé pâtissent également de la situation sanitaire au cours du quatrième trimestre : ils diminuent de 0,2 % sur le trimestre (soit - 36 100 postes), après une hausse de 1,9 % au trimestre précédent. Sur un an, ils baissent de 1,7 % (soit - 310 700 postes).

Les effectifs intérimaires poursuivent leur reprise (+ 5,1 % après deux trimestres au-delà de + 20 %). Ils n’ont néanmoins pas encore retrouvés leur niveau d’avant l’effondrement du printemps 2020 : sur un an, ils se replient de 5,3 %.

Hors intérimaires, les effectifs reculent de 0,4 %. Cette diminution est particulièrement portée par les secteurs du tertiaire concernés par les fermetures administratives : hébergement-restauration et arts, spectacles et activités récréatives notamment.

Les effectifs salariés de l’industrie se contractent pour le quatrième trimestre consécutif (- 0,4 % soit - 13 400 postes). Sur un an, la baisse atteint désormais 1,9 % (- 57 200 postes).

Dans la construction, les effectifs salariés continuent de progresser ce trimestre (+ 0,7 %). La dynamique sur un an demeure vigoureuse (+ 2,2 % soit + 31 900 postes).

Dans le tertiaire hors intérimaires, les effectifs salariés diminuent de 0,5 % (- 69 800 postes) et sont toujours en forte baisse sur un an (- 1,8 %, soit - 243 600 postes).

Sur un an, la quasi-totalité des régions détruit des postes.

Mis à jour le 09/03/2021

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x