Caisse nationale du réseau des Urssaf

Stat'UR n° 339 - Février 2022
Porté par l’auto-entrepreneuriat, le nombre de travailleurs indépendants reste dynamique en 2020 malgré la crise sanitaire

Fin 2020, les Urssaf dénombrent 3,8 millions de comptes de travailleurs indépendants (TI artisans, commerçants, professions libérales et médicales), soit 8,2 % de plus que l’année précédente. Ce dynamisme est porté par le statut d’auto-entrepreneur (+ 17,5 % en 2020 après + 21,3 % en 2019), tandis que le nombre de « TI classiques » reste stable (0,0 % après + 0,1 %). Plus d’un indépendant sur deux est désormais auto-entrepreneur (AE, 50,7 % fin 2020). Parmi eux, 69,1 % ont déclaré un chiffre d’affaires positif sur l’année 2020 et sont donc considérés comme « économiquement actifs ».

Malgré la crise sanitaire, plus de 720 000 immatriculations ont été enregistrées en 2020, dont 83,2 % sous le statut d’AE, après 78,9 % en 2019. Elles diminuent de 2,2 % par rapport à 2019 mais restent nettement supérieures  au nombre de radiations (433 000), qui baissent elles aussi de 2,9 %.

En 2019, 80,4 milliards d’euros de revenus ont été déclarés par l’ensemble des travailleurs indépendants, pour un revenu moyen de 42 976 euros pour les TI classiques (+ 1,3 % par rapport à 2018) et de 6 092 euros pour les AE (+ 8,5 %). En 2020, le revenu moyen des AE est fortement impacté par la crise sanitaire et se réduit à 5 499 euros (- 9,7 %). Les évolutions et les niveaux de revenus varient selon les secteurs et les départements. La crise a particulièrement affecté le secteur des VTC, des activités de transport et d’entreposage, de la restauration et des activités récréatives.

L’effet de l’année 2020 sur les revenus des TI classiques ne peut à cette date qu’être évalué sur les TI présents à la fois en 2019 et 2020. Si leur revenu moyen diminue globalement de 4,4 %, la baisse est plus forte pour les artisans (- 6,7 %), et les secteurs touchés par les fermetures administratives. 

Fin 2020, 16,7 % des indépendants cumulent leur activité avec un emploi dans le secteur privé. 22,3 % des AE sont concernés, contre 7,1 % pour les TI classiques. Comme les années précédentes, les revenus moyens issus de l’activité des indépendants sont deux fois moins élevés pour les polyactifs que pour ceux qui ne le sont pas.

Mis à jour le 04/02/2022
open.urssaf.fr

Documents à télécharger

Sources et méthodologie



 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x