Caisse nationale du réseau des Urssaf

Stat'UR n° 340 - Mars 2022
La masse salariale et les effectifs salariés du secteur privé au quatrième trimestre 2021

La forte reprise de l’épidémie de Covid-19 enregistrée à la fin de l’année 2021 a entrainé des mesures de restriction sanitaire relativement limitées comparativement à celles mises en place lors des rebonds épidémiques précédents. En conséquence, au quatrième trimestre 2021, les effectifs salariés sont restés dynamiques, poursuivant leur croissance (+ 0,6 %, soit + 110 700 postes) sur un rythme identique à celui du trimestre précédent. Ils augmentent ainsi de 3,7 % sur un an et de 1,9 % (+ 350 700 postes) par rapport au dernier trimestre 2019, juste avant la crise.

Le salaire moyen par tête (SMPT) augmente de 0,2 % sur le trimestre, après les fortes hausses des trimestres précédents (+ 2,8 % au troisième trimestre, + 1,9 % au deuxième) liées à la baisse du recours à l’activité partielle. En effet, les indemnités de chômage partiel étant exclues du SMPT puisque non soumises à cotisations sociales, la baisse du recours au chômage partiel augmente mécaniquement le SMPT. Les indemnités de chômage partiel représentent désormais 0,4 % de la masse salariale, après 0,7 % au troisième trimestre et 2,6 % au deuxième. Par rapport à la fin 2019, le SMPT progresse de 3,5 %, soit une hausse annuelle moyenne de 1,7 %, proche des évolutions observées avant la crise sanitaire. En comparaison, les prix à la consommation hors tabac de l’ensemble des ménages augmen­tent de 1,0 % ce trimestre et de 2,5 % par rapport à la fin 2019.

Au total, la masse salariale soumise à cotisations sociales augmente de 1,1 % au quatrième trimestre 2021, après + 3,8 % au trimestre précédent. Son niveau dépasse de 5,2 % celui de fin 2019. En moyenne annuelle, elle progresse de 8,9 % en 2021, après la baisse historique de 5,7 % enregistrée en 2020.

Les effectifs intérimaires augmentent fortement ce trimestre (+ 5,4 %, soit + 42 300 postes), après plusieurs trimestres de croissance plus modérée. La nécessité de remplacer les nombreux salariés en arrêt maladie du fait de la reprise épidémique a pu stimuler cette forme d’emploi.

Hors intérimaires, les effectifs salariés progressent de 0,4 % (+ 68 400 postes), après + 0,5 % au trimestre précédent. Ils dépassent désormais de 1,7 % leur niveau d’avant-crise.

Les effectifs salariés de l’industrie continuent de progresser légèrement ce trimestre (+ 0,1 %, après + 0,2 %) mais restent en deçà de leur niveau du dernier trimestre 2019 (- 1,3 %).

Les effectifs salariés de la construction repartent à la hausse (+ 0,4 %) après la très légère baisse (‑ 0,1 %) du trimestre précédent. Leur niveau reste historiquement élevé (+ 4,8 % par rapport à fin 2019).

Dans le tertiaire hors intérimaires, les effectifs salariés progres­sent de 0,4 % (+ 57 600 postes), après + 0,7 %. Dans la plupart des secteurs, le niveau des effectifs est désormais supérieur à celui de la fin 2019.

Les effectifs salariés sont désormais supérieurs à leur niveau d’avant la crise dans toutes les régions de France.

Mis à jour le 09/03/2022

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites et pour vous permettre de partager des contenus de notre site via les réseaux sociaux. Pour en savoir plus.

x